Les différentes nuances de bleu

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Il s’agit de la couleur préférée de la majorité de la population mondiale : le bleu. Se déclinant en plusieurs nuances, on retrouve le bleu sous plusieurs appellations, tels que le bleu ciel, le bleu nuit ou encore le bleu pétrole. Parfois, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver parmi toutes ces tonalités dont on ne connaît ni le nom ni son appartenance.

La gamme chromatique du bleu est considérée comme la plus étendue en termes de nuances, comme le beige, le marron ou encore le gris foncé. Bien qu’on puisse disposer de la couleur dans notre tête, il peut s’avérer difficile de lui donner un nom. De plus, dans un domaine comme la peinture, cette liste de nuances n’est pas exhaustive.

Quels bleus existent ?

À la fois intemporel et tendance, le bleu s’invite aussi bien dans toutes les pièces d’une maison ou dans les textiles, que sur un tableau du plus grand peintre du siècle dernier. Rafraîchissante et élégante, cette couleur permet d’avoir un visuel agrandi de l’espace, de par la profondeur qu’apporte le bleu. Elle orne aussi la plupart des tissus de décoration comme le lin ou s’attache à la plupart des vêtements qu’on connaît aujourd’hui : gilet, jupe, jeans ou encore t-shirt manches longues. Voici quelques explications sur les différentes nuances de bleu, de leur provenance et leur nom.

Le bleu marine

Il tient son nom de la mer. Sa couleur sombre fait penser aux abysses et au bleu profond d’une mer où l’on ne connaît la limite. Proche du bleu outremer, il s’agit d’un bleu chaud et intense, presque violet qu’on retrouve sur la plupart des sweat. 

Le bleu aigue-marine

Cette appellation provient de la pierre précieuse, dont la couleur est proche du bleu ciel. Considérée comme une pierre dichroïque, elle peut de changer de couleur selon les angles d’observation. Proche du bleu cyan, cette nuance de bleu est légèrement proche du vert clair et lumineux. Cette couleur est aussi la même que celle qu’on retrouve sur un pantalon jean ou en Jacquard.

Le bleu égyptien

Le bleu égyptien provient d’un pigment fabriqué à base de verre pilé et coloré. En effet, les Egyptiens les utilisaient pour peindre les sarcophages, où la couleur est considérée comme le premier pigment synthétique. Il peut aussi être appliqué sur des matériaux tels que le polyester, le coton ou encore le velours.

Le bleu horizon

Cette nuance de bleu se rapporte à la couleur indéfinissable qui sépare le ciel et la terre : l’horizon. Il s’agit d’un bleu légèrement clair, voire gris-clair, nuancé par la séparation d’un soleil couchant. D’ailleurs, cette couleur a été utilisée par l’industrie de la mode, où le bleu horizon a été appliqué sur les uniformes des troupes françaises pendant la 1ère guerre mondiale.

Le bleu indigo

Ce bleu très profond est en réalité issu de la plante indigotier. Particulièrement apprécié par l’intensité que la couleur dégage, Isaac Newton en fit la « 7ème couleur de l’arc-en-ciel ». D’autre part, le bleu indigo est aussi très prisé au Japon, où l’on y prêtait des tissus en indigo aux propriétés antiseptiques et répulsives face aux insectes et que l’on appliquait sur un shirt.

Le bleu roi

Le bleu roi désigne la nuance de couleur qui a été appliquée à la doublure des uniformes de la garde française dès 1563. Cette nuance historique uni bleu s’utilise aujourd’hui principalement en décoration car elle symbolise l’élégance et la noblesse.

Pour quelles utilisations ?

couleur bleu pétrole

Cette variété de noms dépend en réalité du domaine d’activité dans lequel il est utilisé. En effet, ces nuances sont surtout utilisés dans :

  • Le domaine des beaux-arts, qui ont su remonter à l’origine du nom de ces couleurs et de la confection et en tirer un historique.
  • La mode, où chaque détail compte et où chaque nuance de couleur dispose d’une association propre. Le terme « bleu pétrole » est, par exemple, issu du monde de la mode, où la couleur faisait penser au polaire, d’où son association avec le blouson.
  • La physique-chimie utilise plusieurs matériaux qui donnent sur plusieurs fabricants de couleurs, dont le simili-cuir. Les noms de plusieurs nuances de bleu ressortent alors de plusieurs horizons, du matériau d’origine, de l’histoire ou de l’usage qu’on en fait.

Pour la peinture

peinture bleu

La peinture est un domaine d’utilisation des couleurs, des rayures et des nuances à part entière. Un peintre cherche le plus souvent à connaître les différents imprimés de bleus utilisés en peinture et que les fabricants proposent. À cet effet, on retrouve dans son rayon de couleurs bleues :

  • Le bleu de Prusse,
  • Le bleu d’indanthrène,
  • Le bleu de cobalt foncé ou clair,
  • Le bleu de manganèse,
  • Le bleu turquoise,
  • Le bleu lagon,

Toutes ces nuances sont issues d’imprimés de couleurs que le peintre a su trouver en associant une dentelle de colorations.

Toutefois, il place sur un piédestal les nuances de bleu dites « incontournables ». Il s’agit en réalité des principales nuances de bleu, celle que l’on obtient à partir d’un seul pigment, d’une seule substance à l’origine. C’est aussi en mélangeant toutes ces couleurs « principales » qu’on obtient les dérivés, à l’origine de quasiment toutes les autres teintes.

Aujourd’hui, il en existe un certain nombre, dont la plupart ont été proscrits pour leur épuisement de leur gisement naturel ou à cause de leur toxicité. Remplacés par des pigments de synthèse tout aussi performants, il est possible pour un peintre d’avoir à sa disposition toute cette panoplie de couleurs, ce qui le laisse totalement libre pour imaginer toutes les nuances de couleurs possible.